Boules LGBT

Du début mai jusqu’à la fin de septembre, on déambulera de nouveau sur Sainte-Catherine Est devenue alors rue piétonne pour la 10e édition d’Aires Libres, sous la houlette de la Société de développement commercial du Village (SDC). Depuis six ans, l’artère est agrémentée de la «canopée» des «Boules Roses» de l’architecte paysagiste de réputation internationale, Claude Cormier. Mais surprise pour la saison estivale 2017 : ces boules ne sont plus roses ! Elles se déclineront en 18 nuances inspirées de la bannière arc-en-ciel ! Cela tombe bien puisque l’on célèbre à Montréal la toute première édition de Fierté Canada organisée par Fierté Montréal. Mais est-ce que cela avait été planifié ainsi ou est-ce un coup du hasard ?  C’est là qu’entre en scène le génie de l’équipe de Claude Cormier, embauchée par la SDC du Village…

 

Les passants marcheront, sur un km, sous une série de 180 000 boules, entre les rues Saint-Hubert et Cartier. Oui, vous avez bien lu, 180 000 ! À titre de comparaison, il y en avait 145 000 l’année dernière. Mais, à chaque extrémité, ce sera le rose qui attendra les visiteurs, rappelant quand même un peu la marque de commerce, la signature devenue célèbre de par le monde que sont les «Boules Roses».

 

«Cela fait deux ans maintenant que l’on essaie de faire évoluer la marque [les Boules Roses], explique Claude Cormier. Nous aussi nous devons évoluer et changer de costume un peu… Nous voulions partir du principe des couleurs de ‘’Prismacolor’’, mais il faut l’avouer, du brun dans le ciel, ce n’est pas très joli ! Par contre, le pastel est beaucoup plus beau ! Il y a aussi le fait que la culture gaie évolue aussi, les LGBT sont maintenant plus en nuances, on ne cesse d’y ajouter des lettres, d’où les diverses teintes des nouvelles boules… Ce concept de ‘’18 Shades of Gay’’ vient répondre un peu à cette évolution aussi d’une certaine manière…»

 

Chaque ton est ainsi représenté par 10 000 boules, d’où le chiffre des 180 000. «C’est comme une ‘’Promenade de couleurs’’, ce n’est pas tout à fait le drapeau arc-en-ciel « classique », mais ça l’est aussi un peu», d’ajouter Yannick Roberge, architecte paysagiste, et qui est le bras droit de Claude Cormier sur ce projet et bien d’autres encore…

 

«Au-delà des choses, on a une petite intuition. On réfléchit, on pense à cette œuvre, à ce qu’on pourrait y ajouter de nouveau, à comment l’embellir, etc. Tranquillement, l’intuition se transforme, c’est dans l’air du temps et, puis, elle aboutit et elle tombe pile, cette année, avec les activités de Fierté Canada de cet été», poursuit Claude Cormier. «En fin de compte, depuis 2013  qu’on pense à l’idée de la ‘’Promenade de couleurs’’ donc, elle a cheminé lentement suite aussi aux discussions que nous avons eu avec notre client, la SDC du Village. Et c’est un processus qui voit finalement le jour cette année…», renchérit Yannick Roberge.

 

 

 

André C. Passiour