David Armstrong Six

Rimbaud's Pocket

 

2016

Béton, fer, bois, peinture

 

Suivant un processus de création non linéaire, les œuvres de David Armstrong Six répondent avant tout à leur inhérente matérialité. La question de leur spatialité et de leur environnement immédiat guide conséquemment le travail de l’artiste en atelier. Sa production est ainsi dirigée par une sélection libre et intuitive d’objets, de formes, de textures et de contours regroupés à la manière d’un assemblage. En ce sens, les actions cumulatives et les agglomérations qui donnent forme à ses sculptures tiennent compte de la dimension physique de l’objet, mais aussi de l’observateur qui, avant d’être le public est l’artiste lui-même.

 

La spécificité tridimensionnelle de la sculpture en tant que médium est en cause dans l’attention que porte l’artiste pour le mouvement. Défiant la perspective unique de l’image, les sculptures se donnent rarement comme un tout au premier regard. Le spectateur doit engager son corps avec l’œuvre, et souvent se déplacer afin de recueillir les multiples points de vue, dont chacun peut différer et complexifier l’expérience immédiate. Par extension, la sculpture opère comme une somme d’images et de contenus, à la manière d’une entité polysémantique.

 

Si la relation du corps à l’esprit a des implications profondes dans la pratique d’Armstrong Six, Rimbaud’s Pocket en condense les ramifications. Son étrange tactilité et sa posture hiératique dialoguent avec l’espace narratif du spectateur jusqu’à susciter une charge sensorielle. C’est précisément entre la sculpture et son public, dans cette zone suggestive qui complète l’œuvre, qu’opère le poétique.

 

www.parisianlaundry.com/fr/artistes/davidarmstrongsix/bio

 

L’artiste aimerait remercier Frances Adair Mckenzie et Jean-François Tousignault pour leur assistance.